Grande Interview « Tous les services de l’hôpital régional de Bamenda sont fonctionnels, mais nous avons de sérieux problèmes de personnel et de factures impayées par les maladies pris en charge par l’ hopital ».

0
4

1) Quel est l’état actuel de l’hôpital régional de Bamenda avec le retour progressif à la normale?

L’hôpital régional de Bamenda est l’hôpital de référence de la région du Nord-Ouest. L’hôpital a été mis en service en 1956, il a donc 68 ans et a une capacité de 400 lits. Nous avons un comité de gestion présidé par le président de l’assemblée régionale, le professeur Angwafor.  Cet hôpital a un effectif de 565 personnes, dont 146 sont employées par l’Etat. Pour parler de quelques départements de l’hôpital, nous avons un département de consultations externes où nous effectuons en moyenne 5000 nouvelles consultations par mois. Nous avons un département d’obstétrique et de gynécologie où nous avons 3 gynécologues et nous avons près de 250 à 300 accouchements par mois. Le service de chirurgie dispose de 4 salles d’opération principales et de 12 chirurgiens.  Nous réalisons entre 150 et 200 interventions chirurgicales majeures par mois et entre 400 et 500 interventions chirurgicales mineures par mois. Le département de médecine interne compte deux cardiologues, un néphrologue, un neurologue, un gastro-entérologue et un dermatologue itinérant. Nous admettons en moyenne 1400 patients par mois et pour le service pédiatrique nous avons 2 pédiatres et nous avons plus de 20 000 doses de vaccins pour le bien-être des enfants. Tels sont les différents services que l’hôpital gère actuellement.

2) Tous ces services sont-ils opérationnels?

Je dirais que tous les services de l’hôpital régional de Bamenda sont fonctionnels, mais nous avons de sérieux problèmes de personnel. La plupart d’entre eux sont des personnels en situation précaire. Voici donc nos besoins : un médecin spécialiste, dont deux internistes, deux radiologues, un oto-rhino-laryngologiste, un biologiste médical, un gastro-entérologue, un oncologue et 20 médecins généralistes.  Nous avons besoin de 55 à 70 infirmières, 14 sages-femmes et 20 techniciens de laboratoire, pour n’en citer que quelques-uns.

3) Quelles sont les expériences de votre personnel travaillant dans une zone de conflit?

Les expériences sont vraiment nombreuses. Certains membres du personnel ont été enlevés, d’autres ont été harcelés, d’autres encore ont reçu des messages de menace. Nous devons parfois travailler en présence d’hommes armés dans l’hôpital, lorsqu’une victime est admise. Un autre défi est que le personnel doit parfois parcourir de très longues distances pour se rendre sur le site de travail, en particulier les jours de ville fantôme, et certains membres du personnel doivent rester à l’hôpital pendant de longues journées lorsqu’il y a plusieurs jours de ville fantôme. Ils doivent manger à la cantine de l’hôpital pendant ces jours.

 

4) Quelles sont les conséquences de cette situation sur la prestation des soins de santé?

Les conséquences sur la prestation des soins de santé sont également nombreuses. Vous constaterez que nous avons de plus en plus de factures impayées ; en 2023, par exemple, nous avions 46 millions de factures impayées. Ce sont toutes les personnes que nous avons soignées et qui n’ont pas pu payer leurs factures. Rien

que pour le premier trimestre 2024, nous avons déjà 12 millions de factures impayées.  Ce sont là quelques-unes des conséquences de la crise sur la prestation des soins de santé et certaines de ces conséquences sont la diminution du nombre de patients dans l’hôpital. Les jours fériés, par exemple, nous ne pouvons pas accueillir le nombre de patients que nous attendons.  Certains patients ne respectent pas leurs rendez-vous parce qu’ils ne peuvent pas se rencontrer lorsque les routes sont bloquées. Nous avons également des retards dans les hôpitaux. Les gens doivent marcher sur de longues distances et peuvent être bloqués, arrivant ainsi en retard. Ils peuvent également être contraints de rester avec leurs maladies et de ne venir consulter que lorsque la situation est critique et qu’il devient très difficile pour le médecin de les prendre en charge. Une autre conséquence est la demande fréquente de permissions/absence du personnel, car certains membres du personnel sont à Bamenda, mais leur famille ou leur conjoint vit en dehors de Bamenda, et ils demandent donc la permission d’aller rendre visite à leur famille. Nous avons des personnes qui ont été affectées mais qui ont abandonné leur travail parce qu’elles ne veulent pas rester en ville et la demande fréquente d’un transfert hors de la ville lorsqu’elles sont affectées. Ce sont là quelques-unes des conséquences de l’impact des crises sur le personnel et sur la prestation des soins de santé.

5) Comment l’hôpital répond-il à ces défis?

L’administration a encouragé le personnel. Nous devons également rappeler au personnel, lors des réunions, l’importance des principes humanitaires en tant que professionnels de la santé.  Ils doivent savoir que l’humanité est au cœur de nos soins.  Il faut d’abord penser à la personne.  Nous sommes impartiaux. Il ne doit pas y avoir de discrimination, il doit y avoir de la neutralité. Lorsque nous sommes des professionnels de la santé et que nous travaillons dans une zone de crise, nous devons nous assurer que nous sommes neutres par rapport à ce qui se passe. Nous devrions également avoir une communication franche avec notre population.

6) Votre personnel et vos prestations de soins ont-ils été affectés par la crise d’une autre manière ?

Je dirai oui parce que certains membres du personnel détachés n’ont pas assumé leurs fonctions. Vous voyez la décision d’affectation, mais le personnel ne vient jamais. Certains ont assumé leur devoir et sont repartis pour revenir plus tard, mais ils ne sont jamais revenus. Nous avons écrit à la hiérarchie pour l’informer et certains membres du personnel refusent de travailler la nuit.

 

7) L’hôpital a-t-il enregistré des incidents majeurs à la suite de la crise?

Nous en avons eu plusieurs. Des balles pénètrent dans les locaux de l’hôpital. Nous avons également eu un cas de balle mal dirigée sur l’ambulance de l’hôpital. Nous avons également eu un cas d’explosion de bombe devant la porte de la maternité. Le bruit était si élevé qu’il a vraiment affecté les patients qui ont été admis. Voilà donc les principaux incidents que nous avons enregistrés à la suite de cette crise.

8) Quelles sont les mesures que vous avez adoptées pour assurer la viabilité de l’hôpital en dépit de ces difficultés?

Les mesures que nous avons adoptées à l’hôpital régional de Bamenda sont fondées sur le respect des principes humanitaires. Vous savez que nous mettons en avant l’humanisation des soins. Nous sommes neutres. Toutes les personnes qui viennent à l’hôpital sont traitées et nous veillons également à ce que la couverture de l’hôpital soit assurée 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Les médecins et les infirmières sont présents à tout moment et même les jours de la ville fantôme, de sorte que tout patient qui se présente est pris en charge. Nos services d’ambulance travaillent eux aussi 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Les membres du personnel travaillent même davantage les jours de la ville fantôme, car ils vont chercher les patients et le personnel qui habitent loin de l’hôpital. Le personnel reste plus longtemps à l’hôpital lorsque de longues périodes de la ville fantôme sont annoncées. Nous renforçons également le travail d’équipe pour assurer la durabilité.  Nous recevons le soutien et les encouragements de notre hiérarchie. Nous collaborons également avec tous les établissements de santé de la ville, tels que l’hôpital baptiste, l’hôpital catholique, l’hôpital presbytérien et l’hôpital du district de Bamenda III. Notre collaboration avec ces hôpitaux nous aide en matière de gestion et de durabilité.  La communication entre les membres du personnel s’est améliorée.  Il y a également beaucoup de communication entre l’hôpital et la communauté, afin qu’ils connaissent les différents services que nous offrons et nos activités.

9) Quelles sont les mesures mises en place pour assurer la sécurité du personnel et des patients?

Plusieurs mesures ont été mises en place! Nous avons recruté des gardes hospitaliers qui surveillent l’hôpital jour et nuit. Nous avons également installé des caméras de surveillance dans l’hôpital à des endroits stratégiques et nous veillons à ce que le personnel porte une tenue vestimentaire correcte. Ils ont des badges pour s’identifier. Nous disposons également d’un numéro de téléphone gratuit dans les différentes unités de l’hôpital afin que le personnel puisse appeler à tout moment lorsqu’il a besoin d’aide. L’administration de l’hôpital est disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Nous veillons également à ce qu’il y ait une collaboration constante avec la communauté et le public.

10) D’autres défis?

Nous avons d’autres défis à relever, comme les fréquentes pénuries d’énergie et d’eau dans l’hôpital. Nous sommes toutefois très reconnaissants au conseil municipal qui nous a fourni un puits qui nous permet d’approvisionner les patients et le personnel en eau.  Le personnel est insuffisant, tant en quantité qu’en qualité.  C’est un grand défi. Certaines unités ont besoin d’être réhabilitées : nous avons le service des consultations externes, le service VI, la maternité et le nouveau service privé. Ils ont 68 ans et j’ai donc besoin d’une cure de jouvence.

11) Quelles sont vos réalisations depuis votre nomination à la tête de cet hôpital et avez-vous des projets pour l’hôpital?

Ma plus grande réussite depuis que je suis à la tête de cet hôpital a été le diagnostic et la gestion de la pandémie de COVID-19.  Je pense que la pandémie a été un grand défi et j’étais à la tête des sections de diagnostic, de gestion et d’intervention en cas d’incident.  Mon objectif à court terme est de poursuivre l’achèvement du projet de centre d’urgence parrainé par l’Assemblée régionale.  Ce processus de décentralisation l’a vraiment rendu merveilleux et l’Assemblée régionale a parrainé un centre d’urgence moderne très puissant qui est en cours de construction. Je suis sûr que les travaux de construction sont déjà réalisés à plus de 70 %. Nous continuerons donc à suivre ce projet pour veiller à ce qu’il se concrétise. Un autre objectif à court terme est de donner suite au plaidoyer en faveur de l’affectation de personnel supplémentaire et d’améliorer la gestion des déchets dans l’hôpital. Un autre objectif à court terme est d’améliorer les indicateurs de performance de l’hôpital d’ici à la fin de l’année 2024.  Notre objectif à long terme est de devenir un centre d’excellence pour la santé des adolescents.  Nous avons créé un centre de bien-être pour adolescents au début de cette année et nous voulons en faire un centre d’excellence à l’avenir. Nous voulons également être un centre d’excellence pour les soins d’urgence lorsque ce centre d’urgence sera achevé et équipé. Nous serons très heureux d’être le centre d’excellence pour les soins d’urgence et aussi un centre pour la gestion du cancer.

  • Un message à faire passer?

Je dirais que l’hôpital régional de Bamenda est un hôpital de référence dans la région. Cet hôpital est ouvert 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 et nous prenons soin de tout le monde sans discrimination. Vous pouvez appeler le numéro de l’ambulance : 67740-1212. Le message que je voudrais faire passer est que je voudrais remercier ma hiérarchie pour le soutien continu en tant que régulateur pour que la Couverture Maladie Universelle se développe de plus en plus et que l’Hôpital Régional de Bamenda soit un acteur actif dans le projet de Couverture Maladie Universelle au Cameroun. Je ne peux pas oublier mon personnel dévoué. Je tiens à les remercier infiniment pour le travail d’équipe. Ensemble, nous allons garder notre chère population en bonne santé. Ils sont vraiment dévoués pour travailler en temps de crise.

 

13) Pouvez-vous nous parler de vous ?

Pour parler de mon humble personne, je suis le Dr Dennis Nsame Nforniwe. Je suis médecin de santé publique et j’ai 26 ans d’expérience professionnelle. Je suis diplômé de la Faculté de médecine et des sciences biomédicales. Ma première affectation a été à l’hôpital du district de Batibo, où j’ai travaillé pendant sept ans. J’ai ensuite été transféré dans la région Est, où j’ai travaillé à l’hôpital du district d’Abong Mbang. Nous avons eu un très beau projet de développement là-bas, sous l’égide du CERAC.  J’ai été très heureux après 10 ans de travail là-bas parce que nous avons réalisé la réhabilitation et l’équipement de l’hôpital de district d’Abong Mbang. Le ministre de la santé publique m’a ensuite promu directeur de l’hôpital régional de Limbe, où j’ai également travaillé et où nous avons été très heureux de gérer l’AFCON féminine de 2016. J’ai ensuite été transféré en 2019 en tant que directeur général de l’hôpital régional de Bamenda, où je travaille actuellement.  Je dirais également que je m’intéresse à la gestion des hôpitaux et que je propose des services de conseil. J’ai bénéficié d’une bourse qui m’a permis d’être formée à la gestion hospitalière par le gouvernement allemand. Merci beaucoup pour cette merveilleuse interview.

Interview réalisée par Ingrid Kengne

Leave a reply