Hôpital de District de Bonassama Des soins pour tous

0
2

Les temps sont à la mobilisation pour la mise en place du dispositif devant accueillir les populations appelées à se faire consulter gratuitement dans quelques jours dans les différents services de cette formation hospitalière située dans l’arrondissement de Douala  4ème.  

 

Ici l’Hôpital de District de Bonassama

« Des soins pour tous », le projet est une action conjointe portée par l’Amicale des pionniers de l’Université de Yaoundé 2 Soa et l’Hôpital de District de Bonassama. Avec un objectif commun: « proposer gratuitement aux populations de l’arrondissement de Douala 4ème et de tout Douala, des soins qui vont commencer par le dépistage gratuit de certaines pathologies cardiovasculaires, notamment l’hypertension artérielle, l’obésité, le diabète, les maladies rénales. Ça veut dire que le malade qui va venir pour le dépistage, va être diagnostiqué d’une hypertension artérielle, d’un diabète ou d’une maladie rénale», explique le Dr Françoise Masse qui nous situe davantage sur ce qui va réellement être fait. «Comme il y a toutes ces spécialités, l’hôpital de District de Bonassama, les patients seront immédiatement consultés et pris en charge. Il y aura des médicaments qui seront prescrits et distribués gratuitement aux patients en fonction des pathologies. Il y aura un volet éducation et sensibilisation qui va être fait sur ces différentes pathologies. Cette année, on va un peu innover avec des soins spécifiques, notamment un service diététique qui va être là pour la nutrition, parce que l’obésité, aujourd’hui, c’est une maladie qui est réelle. Donc, ces patients qui souffrent d’obésité auront un service. Les maladies de la peau, il y aura un dermatologue. Il y aura également des soins dentaires qui seront proposés et des soins de chirurgie mineure », informe la proche collaboratrice du Dr Alphonse Bahia, Directeur de l’hôpital de Bonassama.

150 à 200 personnes par jour

Evoquant le suivi après la campagne, le Dr Masse est claire : « On a justement prévu un suivi pour ces patients-là, qui vont être vus durant la campagne, afin qu’on ne les perde pas de vue. Parce qu’il y a beaucoup de malades qui ont peur du fait que, oui, je vais venir à la campagne gratuite, après, je vais payer. Non, on va les suivre pendant au moins une à deux semaines gratuitement. Ils pourront venir à leur rendez-vous, voir un médecin, faire des suivis. Il y aura des réductions sur les examens. Et après cette période-là, ils devront justement payer les consultations normalement et tout le paquet qui va avec… on cible environ 150 à 200 personnes par jour, en moyenne », dit la Néphrologue.

1000 personnes attendues

Pour l’amicale, « au-delà des consultations, des traitements médicamenteux, conseils, petites chirurgies seront gracieusement offerts aux 1000 personnes attendues dans la semaine. Bien plus, l’amicale ne va équiper le pavillon ORL de matériels essentiels à leur mission. Enfin, l’amicale va offrir en termes de renforcement de capacité, une formation basée sur les responsabilités individuelles en lien avec l’hôpital dans la pratique de la médecine», a précisé Martin Kingue Etamè, chef dudit projet.

Alphonse Jènè

 

 

 

Leave a reply