Hôpital de district de la cité Sic La circoncision au menu

0
11

La fréquence des parents et leurs enfants témoignent l’importance qu’accorde cette structure hospitalière située dans l’arrondissement de Douala 5ème.

 

Deux jours par semaine sont consacrés à ces opérations avec des heures bien indiquées. Il s’agit de mardi et jeudi, de 8h à14h. Rendu donc à cette formation sanitaire ce jeudi 27 juin 2024, nous trouvons su la table de l’opération un nourrisson qui pleurait, un petit garçon, immobilisé par sa mère. L’infirmière en face tenait la peau pendante au bout du pénis, prête à la couper à l’aide des ciseaux.  A la question de savoir comment on va retirer le prépuce du pénis du tout petit, l’on nous explique que : «le prépuce est étendu avec une pince, puis un dispositif de circoncision est placé, après quoi le prépuce est excisé», dit Clarence Dongo, en service à la petite chirurgie de l’hôpital de district de la Cité des Palmiers.

 

Une opération qui parait banale, mais qui nécessite une certaine expertise et du professionnalisme surtout quand l’intervention est pratiquée sur les nouveau-nés, nous font comprendre, les professionnels de la santé. Des propos confirmés par Dame Dongo.  Le travail est ardu pour service de chirurgie, depuis le mois de mai. Des périodes choisis par beaucoup de parents pour exciser leurs progénitures. Les registres consultés ressortent la moyenne de douze enfants reçus par semaine pour la circoncision depuis le mois de mai, soit 48 prépuces coupés : « A partir de mai, les circoncisions sont accentuées. Les parents préfèrent les faire pendant les vacances après l’école, pour préparer l’autre rentrée scolaire», nous révèle Clarence Dongo.

C’est presque la même fréquence à l’hôpital de district de Logbaba, selon certaines sources internes. Et d’après les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2009, «661 millions d’hommes de plus de 15 ans seraient circoncis, soit environ 30 % de la population masculine mondiale».

 

Une affaire d’esthétique rien que…

 

Pour l’immense majorité des chirurgiens et gynécologues, «la circoncision est une affaire d’esthétique vise uniquement à corriger l’apparence de la verge et obtenir un gland décalotté partiellement ou totalement en permanence, même au repos. Elle n’a aucun impact sur le fonctionnement du pénis et donc n’empêche pas de procréer, ne bloque pas la sortie du sperme», explique le Pr. Barbara Hersant, chirurgienne établie en France.

 

Alphonse Jènè

 

Leave a reply