Humanisation des services de santé L’hôpital baptiste d’Etoug-Ebe donne l’exemple

0
10

Les habitants de la ville de Yaoundé, visitant l’hôpital baptiste Etoug-Ebe (EBHY), situé dans la subdivision Yaoundé XI, ont exprimé leur satisfaction quant au niveau des services de santé qui leur sont apportés par le personnel médical de cet hôpital.

Mama Sidonie, une jeune mère de trois enfants, qui a été admise à l’EBHY avec ses deux enfants et son mari il y a une dizaine de jours, a décrit son séjour à l’hôpital. Elle s’est retrouvée là sur la recommandation de sa voisine, qui est une fidèle visiteuse de cet hôpital. Après avoir été admise avec ses enfants pendant quatre jours, elle et son mari ont juré de ne plus jamais aller ailleurs, si jamais le besoin de visiter un hôpital se fait sentir. « J’aime tout de cet hôpital, depuis le premier jour. Je suis arrivée avec mes enfants malades et mon mari vers 7h30 ce lundi-là. La file d’attente pour la consultation était trop longue et j’ai immédiatement commencé à regretter de ne pas être allée dans mon hôpital habituel. Avec toute la frustration sur mon visage, une infirmière s’est approchée et m’a demandé quel était le problème. Elle nous a rapidement emmenés au service des urgences lorsque je lui ai expliqué. Elle a pris nos livrets médicaux et nous a fait enregistrer, sans tenir compte de ceux qui nous précédaient. C’est après s’être assurée que tout était sous contrôle qu’elle a repris son service », a expliqué mama Sidonie.Elle a poursuivi : « J’ai été particulièrement touchée lorsque le médecin qui a consulté mes enfants a quitté son cabinet, est allé chercher mon mari qui était parti faire son test de laboratoire pour collecter l’argent que nous devions déposer pour commencer notre traitement. Il a payé lui-même à la caisse, puis m’a aidé avec mes bagages et l’un de mes enfants à entrer dans la salle des nourrissons. Il a veillé à ce que leurs premières perfusions, destinées à calmer leur température élevée, soient posées avant de retourner à son bureau ».

Cette mère de trois enfants a déclaré que son séjour pendant les cinq jours de son admission avait été plus que « satisfaisant ». Selon elle, les infirmières ont fait preuve d’humanité, de douceur, de gentillesse et d’altruisme. « Je n’ai subi aucun stress malgré la présence de trois patients. Tout était fait par les infirmières. Je n’ai pas eu à me précipiter à la pharmacie ou au laboratoire pour telle ou telle chose ».

 

Tout comme maman Sidonie, d’autres patients qui fréquentent cet hôpital attestent que leurs services sont largement satisfaisants. « Je ne connais pas d’autre hôpital depuis que je suis à Yaoundé que celui d’Etoug-Ebe. Il faut voir les infirmières nous scolariser lors des visites prématernelles », affirme une femme enceinte, qui dit fréquenter l’hôpital depuis 10 ans.

Les accréditations attribuées à l’hôpital par les visiteurs ne sont pas le fruit du hasard, car l’établissement de santé travaille soigneusement dans le cadre de rôles définis afin d’archiver cela. « Notre principale intention est d’amener les gens au Christ grâce aux services que nous offrons. Afin d’atteindre cet objectif, nous voulons faire un effort supplémentaire pour fournir des soins qui peuvent être une référence ; des soins exemplaires avec une véritable compassion », a souligné M. Monjuh Anthony Viyi, administrateur en charge de l’EBHY.

 

Outre son dévouement dans la prestation de services humains, les conditions d’hygiène de l’EBHY sont très appréciées par ses visiteurs. Tous les départements sont nettoyés quotidiennement. « Il n’y a jamais eu un jour où notre service n’a pas été lavé. Les toilettes et les salles de bains sont super propres, avec de la soupe et des seaux à la disposition des patients. L’eau coulait en permanence et ils nous donnaient de l’eau chaude chaque fois que nous en avions besoin. Ils ont également changé nos draps de lit lorsqu’ils étaient tachés, de même que les tenues des patients. Ce jour-là, j’ai vu toutes les infirmières nettoyer partout, y compris les murs et les fenêtres. Même les moustiquaires qui étaient encore propres ont été enlevées et lavées », a déclaré Mama Sidonie.

L’état d’hygiène est dû à une équipe qui sait non seulement ce qu’il faut faire, mais aussi quand et comment le faire. « Nous avons un service qui s’appelle le service d’entretien ménager. Ce sont eux qui s’occupent de la propreté de la maison et de tout ce qui s’y rapporte. Nous essayons de garder ce département sous contrôle en permanence. En dehors de ce département, tout le monde est impliqué à un moment ou à un autre. Nous organisons également les derniers vendredis de chaque mois un nettoyage général pour tout le monde, et pas seulement pour les femmes de ménage. Qu’il s’agisse d’une infirmière ou d’un médecin, il faut nettoyer son environnement », explique le Dr Fritz Kombe, interniste et médecin-chef associé de l’EBHY.

Le fait que cet hôpital soit en mesure de traiter les patients à des coûts abordables est une force motrice. « J’ai été très surpris de ne payer qu’environ 150 000 euros après avoir été admis avec deux enfants pendant cinq jours. Ce n’était pas cher par rapport à ce que je paie ailleurs. En outre, la facture est expliquée en détail et vous pouvez savoir comment chaque franc est utilisé », note Mama Sidonie.

 

L’observation de Mama Sidonie ne fait que confirmer la mission d’EBHY en tant qu’institution à but non lucratif, qui s’efforce d’accomplir la volonté de Dieu. « Notre objectif n’est pas de gagner de l’argent, mais de veiller à ce que ces personnes aillent bien et soient en bonne santé. Nous ne commençons donc pas par mettre de l’argent en premier, mais il y a un dépôt pour ceux qui sont admis, mais ce dépôt est très minime, juste quelque chose pour faire fonctionner le système et beaucoup de gens ne paient que ces frais jusqu’au jour de leur sortie », a fait remarquer le Dr Fritz Kombe.

Cet établissement de santé a démarré en tant que centre de santé élémentaire après son autorisation le 14 mars 1986, devenant ainsi le premier établissement de CBC Health Services au Cameroun francophone. Il a été agréé comme hôpital par le gouvernement en 2016.

 

L’EBHY compte 280 employés, dont 2 gynécologues obstétriciens, 1 cardiologue à temps partiel, 1 interniste, 1 pédiatre, 2 chirurgiens-dentistes, 8 médecins généralistes, 7 dépisteurs et 3 infirmières praticiennes.

L’hôpital accueille en moyenne 12 000 patients par mois. Les patients accueillis proviennent de la région du Centre et de ses environs, des régions du Sud et de l’Est du Cameroun ainsi que des pays voisins comme la Guinée équatoriale, le Gabon et la République centrafricaine.

Service d’ ophtalmologie

L’hôpital a démarré ses services de maternité le 16 juillet 2021 et le 19 août 2022, il a mis en place le théâtre de la maternité pour aider à gérer les urgences obstétriques dans un cadre double. La maternité dispose de 18 lits, de 6 lits post-chirurgicaux, d’une salle privée et d’une salle semi-privée.  Il y a des réchauffeurs radiants et une couveuse pour les bébés avec photothérapie incorporée. Les unités médicales et pédiatriques fonctionnent 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, avec 10 lits en pédiatrie. Il y a également un service de 10 lits pour les femmes adultes, 11 lits pour les hommes et 10 lits pour les enfants.

The hospital as of date can boost of major services, including General consultation, Pharmacy, Laboratory, Treatment room, Infant Welfare Clinic, Dental Services, TB Unit, Physiotherapy, Imaging services, mini and major theater, eye services, Antenatal clinic, Diabetic clinics, Hypertensive Clinics, Ear, Nose and Throat (ENT), Gynecology services, Permanent, Ophthalmology, Dermatology, Ear, Nose and Throat Surgeon, Orthopedic Surgeon,       Internist, Cardiologist, just to name these.

The major challenge of this hospital remains that of limited space, which is however being looked into.

Ingrid Kengne

 

Réaction

 

Nous voulons aller plus loin pour fournir des soins qui peuvent être une reference”.

  1. Monjuh Anthony Viyi, administrateur responsable de l’EBHY.

 

Notre vision est de fournir des soins de santé de qualité à tout le monde. Notre mission est d’aider le gouvernement à fournir des soins holistiques à tous ceux qui en ont besoin et nous voulons le faire comme le Christ l’aurait fait s’il avait été au service des gens. Notre principale intention est donc d’amener les gens au Christ grâce aux services que nous offrons. Afin d’atteindre cet objectif, nous voulons aller plus loin et fournir des soins qui peuvent être une référence ; des soins exemplaires avec une véritable compassion. Notre intention est de faire en sorte que les gens viennent au Christ. C’est ce qui nous motive. Nous faisons tous les efforts possibles, confiants que Dieu nous aidera. Avant de recruter de nouveaux collaborateurs, nous les intégrons dans notre mission. Nous leur expliquons pourquoi nous existons. Nous ne sommes pas là pour gagner de l’argent. Nous avons besoin d’argent pour fonctionner, mais ce n’est pas notre force motrice. Nous voulons nous assurer que les personnes qui viennent ici ont un contact différent de celui qu’elles ont ailleurs. Ainsi, lorsque nous travaillons avec notre personnel et que nous l’institutionnalisons pour qu’il connaisse cette vision, il va de soi que les gens seront satisfaits. C’est peut-être pour cela que nous sommes différents. Nous sensibilisons notre personnel. Il est vrai que nous avons des caméras de sécurité, mais elles ne sont pas là pour surveiller la façon dont les gens travaillent : c’est juste à des fins de sécurité, par exemple quelqu’un peut entrer de nulle part et faire n’importe quoi. Nos caméras de sécurité nous permettront de détecter ce genre de situation.

 

M. Monjuh Anthony Viyi, administrateur chargé de l’EBHY

Leave a reply