Interview Fritz Kombe, interniste et médecin-chef associé d’EBHY

0
10

Comment parvenez-vous à attirer autant de patients, qui viennent et n’ont pas envie d’aller ailleurs ?

Notre mission consiste à fournir des soins de santé de qualité à tous ceux qui en ont besoin. Notre vision est de nous assurer que les gens ne reçoivent pas seulement les soins dont ils ont besoin, mais qu’il s’agit d’une autre façon de les rapprocher de Dieu.

Comment motivez-vous votre personnel pour qu’il reste aussi dévoué dans la prestation de ses services ?

En ce qui concerne notre personnel, nous ne sommes pas une organisation à but lucratif. Nous sommes un hôpital confessionnel et notre joie est de voir nos patients en bonne santé. Pour ce qui est des motivations de notre personnel, ce que nous leur donnons ne peut être qualifié de salaire, il s’agit juste d’un gage, d’une manière de dire merci pour tout ce que vous faites. Leur plaisir est de voir leurs patients en bonne santé. Pour ce qui est des autres motivations, nous leur parlons ; une partie de l’administration les mobilise pour les encourager dans ce qu’ils font et nous manifestons également notre appréciation en fin d’année lorsque certains membres du personnel exceptionnels sont motivés, tandis que l’ensemble du personnel de l’établissement de santé CBC est également motivé par l’organe central. Nous n’avons donc pas de motivations mensuelles. Nous n’avons que des motivations de fin d’année, et nous avons aussi une reconnaissance spéciale pour ceux qui ont des compétences exceptionnelles.

En parlant d’hygiène et de salubrité, comment réussissez-vous à garder votre hôpital toujours aussi propre ?

Nous avons un service qui s’appelle le service d’entretien ménager. Nous leur donnons cette appellation pour éviter la stigmatisation des nettoyeurs. Nous n’utilisons pas ce mot pour eux, et cela nous aide, ainsi qu’eux, à garder le contrôle, car nous les appelons les gardiens de la maison. Ce sont eux qui gardent la maison propre et tout le reste. Le département compte environ 20 personnes. Nous essayons de garder ce département sous contrôle en permanence. En dehors de ce département, tout le monde est impliqué à un moment ou à un autre. Si vous travaillez dans un environnement, vous devez vous assurer qu’il est propre. Par exemple, les infirmières s’occupent des salles. Ici, à la salle de consultation, nous essayons également de garder nos espaces propres. Les derniers vendredis de chaque mois, nous organisons un nettoyage général pour tout le monde, et pas seulement pour les femmes de ménage. Donc, que vous soyez infirmière ou médecin, vous devez nettoyer votre environnement.

En ce qui concerne l’humanisation des services de santé, que faites-vous des patients qui ne remplissent pas les conditions financières requises pour bénéficier d’un service particulier ?

Tout d’abord, notre mission est de fournir des services de qualité. Notre objectif n’est pas de gagner de l’argent, mais de faire en sorte que ces personnes aillent bien et soient en bonne santé. Nous ne commençons donc pas par mettre de l’argent, mais il y a un dépôt pour les personnes admises. Ce dépôt est toutefois très minime, il sert juste à faire fonctionner le système et de nombreuses personnes ne paient que ce montant jusqu’au jour de leur sortie de l’hôpital. Ces frais servent donc à maintenir le système, car nous obtenons des médicaments, du matériel médical et des réactifs. Pour ceux qui n’ont pas les moyens, nous leur donnons le niveau de soins minimal qui leur permet de tenir jusqu’à ce que quelqu’un vienne les aider pour les autres éléments. Nous ne vous laisserons donc pas sans soins parce que vous n’avez pas les moyens de payer vos factures. Aucun patient ne vient ici sans recevoir les soins de base nécessaires à son maintien en vie. Nous avons un département appelé le service social. Il est chargé de nous aider à entrer en contact avec des personnes qui pourraient nous aider à payer les factures de certains patients. Nous avons également d’autres projets qui sont financés en partie ou en totalité, en fonction de l’état du patient. Nous avons aussi des personnes qui bénéficient parfois de l’aide de philanthropes et d’autres humanitaires qui apportent des fonds. Les personnes en charge de ce département mobilisent des fonds soit auprès de leur propre famille, soit auprès d’organisations ou de partenaires.

Quels sont les différents services que vous proposez ici ?

Outre le service social mentionné ci-dessus, nous disposons également de services généraux et de services spécialisés. Les services généraux comprennent la consultation générale, la pharmacie, le laboratoire, la salle de traitement, la clinique de protection infantile, les services dentaires, l’unité de lutte contre la tuberculose, la physiothérapie, les services d’imagerie, le mini et le grand théâtre, les services ophtalmologiques, la clinique prénatale, les cliniques de diabétologie, les cliniques d’hypertension, les services d’oto-rhino-laryngologie (ORL), la prise en charge du VIH et du sida, Programme de santé des femmes, maladies non transmissibles (MNT), Know Your Numbers (KYN), clinique de drépanocytose, services de proximité, visites de soutien aux médecins, aumônerie et services sociaux, services de santé mentale, département de sécurité fonctionnel et dynamique, services de réadaptation à base communautaire, services d’hospitalisation : Service des hommes, service des femmes et service des enfants, services de maternité (accouchements/CS), la pédiatrie dispose d’un radiateur et d’une couveuse avec photothérapie incorporée. Nos services spécialisés, quant à eux, comprennent des services de gynécologie, d’ophtalmologie, de dermatologie, d’oto-rhino-laryngologie, d’orthopédie, d’internat, de cardiologie et un pédiatre,et un pédiatre. Nous disposons de la plupart des services nécessaires dans un hôpital.

Quelle a été la plus grande réussite de l’hôpital jusqu’à présent ?

Notre plus grande réussite a été de faire passer cet hôpital d’un centre de santé à un hôpital, parce qu’il s’agissait simplement d’une clinique AMC où les femmes enceintes venaient faire leur suivi de maternité et accoucher. C’est ainsi que tout a commencé, mais maintenant nous pouvons nous appuyer sur des unités spécialisées et il y a eu beaucoup de progrès dans les différentes unités. Le nombre de médecins, d’infirmières et de patients a augmenté.

Quels sont les principaux défis auxquels l’hôpital est confronté ?

Notre plus grand défi est l’espace. Quiconque vient à Etoug-Ebe comprend que l’espace est un problème. Nos bureaux sont petits, nos services ont peu de lits. Nous prévoyons de construire un bâtiment médical plus grand. Un plan a déjà été approuvé. Il ne reste plus qu’à trouver le financement pour le mettre en œuvre.

D’où viennent donc ces fonds ?

Une partie de nos fonds provient de ce que nous générons et d’autres organisations auxquelles nous pouvons écrire pour obtenir des subventions, ainsi que d’autres philanthropes. Une partie des fonds provient de l’organe central.  L’hôpital n’est pas le seul à générer des fonds.

Quels sont vos rêves à court et à long terme pour l’hôpital ?

En ce qui concerne notre rêve à court terme, nous sommes presque là où nous voulons être, en atteignant la plupart de nos objectifs. Notre rêve à long terme, en revanche, a toujours été d’obtenir notre unité médicale, qui est un autre bâtiment.

Propos recueillis par Ingrid Kengne

Leave a reply