Mortalité néonatale au service de chirurgie pédiatrique de l’hôpital National Amirou Boubacar Diallo de Niamey

0
9

Auteurs : I.B. Ramatou, D.M.K. Mamane Kabirou, A.A. Mahamoud Omid, H. Oumarou, M. Helle, H.A. Habibou – Niger

Résumé

Introduction : La mortalité néonatale est un problème majeur de santé publique dans le monde. Les pays en voie de développement comme le Niger paient un lourd tribut. L’objectif de notre étude était d’évaluer la prévalence de la mortalité néonatale et de déterminer les principaux facteurs risque.
Patients et méthodes : il s’agissait d’une étude rétrospective et descriptive allant du 1er janvier au 31 décembre 2019 portant sur trente-trois cas de décès néonatals au service de chirurgie pédiatrique de l’Hôpital National Amirou Boubacar Diallo de Niamey (HNABD).
Résultats : La fréquence de la mortalité néonatale était de 30% avec une prédominance de la mortalité néonatale tardive (54,5%). Le sexe masculin représentait 57,6% (n = 19) des patients avec un sex-ratio de 1,4. Dans 30,3% des cas (n = 10), les accouchements avaient lieu à domicile et dans 57,6% (n = 19), les nouveau-nés provenaient de zones rurales. L’âge moyen d’admission était de 10,6 jours. Les anomalies congénitales prédominaient dans 97% des cas (n = 32) et parmi elles, les plus fréquentes étaient celles intéressant le tube digestif notamment l’atrésie du grêle (30,3%) et l’atrésie de l’œsophage (18,2%). Dans 19 cas (65,5%), les nouveau-nés ont pu être opérés avec une mortalité post-opératoire de 57,6%. Les circonstances et causes directes de décès étaient dominées par l’infection (87,8%), la détresse respiratoire (60,6%) et la dénutrition (36,4%). La prématurité et le transport non-médicalisé étaient statistiquement corrélés au risque de décès avec respectivement (p = 0,03) et (p = 0,000).
Conclusion : La fréquence de la mortalité néonatale en milieu chirurgical africain reste encore élevée malgré les efforts déployés pour y remédier.

Summary

Neonatal mortality in the pediatric surgery department of the Amirou Boubacar Diallo National Hospital in Niamey

Introduction: Neonatal mortality is a major public health problem in the world. Underdeveloped countries like Niger are paying a heavy price. The objective of our study was to evaluate the prevalence of neonatal mortality and to determine the main risk factors.

Patients and methods: This was a retrospective and descriptive study from January 1st, 2019 to December 31st, 2019, about thirty-three cases of neonatal deaths in the pediatric surgery department of the Amirou Boubacar Diallo National Hospital in Niamey (HNABD).

Results: The frequency of neonatal mortality was 30% with predominance of late neonatal mortality (54,5%). Males represented 57.6% (n = 19) of the patients with a sex-ratio of 1.4. Births at home represented 30,3% of cases (n = 10) and 57,6% (n = 19) of the patients came from rural areas. The average age of admission was 10,6 days. Congenital abnormalities predominated in 97% of cases (n = 32) and among them the most common were those involving the digestive tract particularly small bowel atresia (30.3%) and esophageal atresia (18.2%). In 19 cases, the newborns (65.5%) were operated on with a postoperative surgical mortality of 57.6%. Direct circumstances and causes of death were dominated by infection (87,8%), respiratory distress (60.6%) and malnutrition (36.4%). Prematurity and unmedical transport were statistically correlated with the risk of death with respectively

(p = 0.03) and (p = 0.000).

Conclusion: The frequency of neonatal mortality in African surgical environments is still high despite the efforts made to remedy it.

Leave a reply