Hôpital régional de Garoua : Le service d’ophtalmologie reçoit une technologie de pointe

0
63

La Tomographie par cohérence optique (OCT) désormais disponible. Le  matériel médical de dernière génération a été installé dans cet hôpital en fin décembre  2022. Sa mise en service vient ainsi répondre aux besoins de prise en charge efficace et efficiente des pathologies oculaires, identifiées dans cette partie du pays.

C’est un véritable ouf de soulagement pour le personnel du service ophtalmologique de l’Hôpital régional de Garoua.
La Tomographie par cohérence optique (Oct), matériel médical de travail hautement important, jadis absent, est
désormais disponible. Fini donc les longues distances parcourues par les patients dans l’optique de se faire
consulter. « Nous étions obligés auparavant d’envoyer nos patients à l’hôpital militaire de Garoua ou même jusqu’à
Yaoundé pour faire des examens. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. La mise en place de ce matériel médical est
d’un grand apport dans le travail », renseigne Dr. Njoya Mare Josiane Epse Tetmoun, Ophtalmologue et par ailleurs,
Chef du service ophtalmologique à l’hôpital régional de Garoua. Au-delà des facilités accordées dans le diagnostic
des pathologies oculaires,l’OCT permet aussi de quantifier les complications de l’oeil. Elle est utile dans les
examens du glaucome, de la cataracte entre autres, et fait partie intégrante de l’examen ophtalmologique de routine.
« Cet appareil peut révéler des anomalies de la rétine dues non seulement à une maladie des yeux, mais aussi
à des maladies qui touchent d’autres organismes. Aussi, il permet de connaitre réellement le pourcentage visuel et
quantifier l’épaisseur de fibres optiques », souligne l’Ophtalmologue. L’OCT est donc un matériel qui arrive au bon moment.
Car dans la région du Nord,près de 70% des populations souffrent des troubles de la vue, d’après les données
de l’hôpital régional de Garoua. Une bonne proportion d’elles, est âgée et présente de divers troubles de la vision.
Quant aux jeunes scolaires et universitaires, les problèmes visuels identifiés nécessitent des corrections. Ici, le service
ophtalmologique enregistre chaque jour, une trentaine de patients. Ceux-ci arrivent pour des consultations de divers ordres. Leur nombre
passé du simple au double,se justifie par le travail abattu par le personnel et le matériel de diagnostic sur place. Dr. Njoya Mare Josiane Epse Tetmoun
explique qu’à son arrivée en 2018 à l’hôpital régional de Garoua, « le nombre de patients consultés n’est pas celui qu’on observe aujourd’hui.
Faute d’appareils à cette époque, ils étaient au tour de cinq. De nos jours, le nombre a augmenté et nous sommes satisfait des avancées
enregistrées ». Sciences biomédicales Selon les statistiques du ministère de la Santé publique, la cataracte est la première cause de cécité évitable au
Cameroun. Son traitement chirurgical permet une restauration de la vue. Et c’est dans ce contexte que l’hôpital, organise des campagnes gratuites
de cataracte. Des opérations qui ont généralement réussies et font la notoriété de cette structure sanitaire de quatrième catégorie, selon
la classification du ministère de la Santé publique. Si la Tomographie par cohérence optique (OCT) est aujourd’hui une réalité à l’Hôpital régional
de Garoua, c’est aussi une avancée notoire enregistrée par la structure hospitalière,qui fait partie des rares hôpitaux du pays, à disposer de
ce matériel médical de dernière génération. « Nous pouvons maintenant avec fierté, dire aux autres confrères que l’hôpital régional de Garoua
a de nos jours l’OCT. Chose qui n’est pas donnée à tout le monde », se réjouit la conseillère médicale. Un autre avantage que revêt la
mise en place de l’OCT, c’est la maitrise de l’exercice par les étudiants de la Faculté de médecine et des sciences biomédicales de l’université
de Garoua. Il s’agit en définitive, de joindre la théorie à la pratique, dans un contexte où la science évolue de manière constante. Leur permettre
d’être à jour et leur donner toutes les chances de formations et de réussite est donc un impératif.

„ Ursule KEIMBA

Leave a reply