Prise en charge de l’insuffisance rénale Le centre d’hémodialyse de Ngaoundéré opérationnel

0
78

L’infrastructure a été inaugurée par le ministre de la Santé publique, Dr. Manaouda Malachie, le 27
décembre 2022.

Depuis le 27 décembre dernier, les populations de la région du château d’eau ont leur centre d’hémodialyse flambant neuf.
Ce don du chef de l’Etat est une véritable bouffée d’oxygène pour les populations qui l’ont longtemps attendu. Car il vient mettre un terme aux
longs déplacements périlleux vers d’autres régions avec tous les risques liés à l’état de la route, les frais supplémentaires,
le bon suivi et même la faible probabilité de trouver un poste disponible. « Nous sommes contents de l’inauguration
de ce centre, car il vient soulager les patients atteints de l’insuffisance rénale. C’est un soulagement pour nous et
pour tout le monde », se réjouit Abdouramane, habitant de Ngaoundéré. Comme lui, ils sont nombreux, ceux qui
voient en cette infrastructure, une aubaine pour la prise en charge des patients dialysés. « Nous avons perdu il y a juste 2 ans, notre enseignant
à l’Université de Ngaoundéré, Pr. Nizesete Bienvenu Denis du fait du manque du centre d’hémodialyse. Celui-ci vient nous soulager », croit Abdou,
étudiant du défunt. Si la réception et la mise en fonction de ce centre sont saluées par l’ensemble de la communauté, il n’en demeure
pas moins que des attentes existent pour ce qui est de la maintenance. « Chez nous au Cameroun, généralement, on met en place une infrastructure,
sans plan de maintenance. On attend le personnel sur ce terrain pour vraiment apprécier les efforts des pouvoirs publics », indique Mvondo,
habitant de Ngaoundéré. Au centre d’hémodialyse, l’on se veut rassurant. Selon le responsable technique, tout est mis en oeuvre pour un meilleur
entretien. « Le plan de la maintenance est déjà préétabli par le fournisseur de l’équipement, le fabriquant et nous
on va suivre ces protocoles, c’est-à-dire la maintenance qui sera faite mensuellement, trimestriellement et semestriellement.
On a déjà prévu une maintenance générale de ces équipements de façon annuelle », fait savoir Ibrahim Defaing Cherif, responsable
technique du centre. Groupe électrogène En dehors de la maintenance par les techniciens de l’Hôpital régional de Ngaoundéré,
la tâche sera exécutée avec l’appui des techniciens de l’Hôpital général de Douala et les ingénieurs allemands, de la
firme conceptrice du matériel. Pour précision, l’infrastructure est bâtie sur 255m2 et dispose : d’une salle d’accueil ; d’une
salle de pose cathéter ; de 3 salles de dialyse avec 11 générateurs d’hémodialyse dont un de réserve ; d’une salle de
traitement d’eau, une salle d’onduleurs ; d’un groupe électrogène pour la relève en électricité ; de 4 bureaux ;
d’une salle de réunion ; d’un grand magasin de stockage et d’une quantité suffisante de kits de prise en charge des
patients. Le centre inauguré en fin d’année 2022 n’attend que ses premiers patients.

„ Jean Besane Mangam

Leave a reply