Lutte contre la tuberculose : PNLT briefe la presse sur les enjeux du Cameroun

0
16

En prélude à la célébration de la 31e édition de la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose, qui se célèbre le 24 mars 2024, sous le thème : « Oui ! Nous pouvons mettre fin à la tuberculose », la secrétaire permanente du Programme national de lutte contre la tuberculose (PNLT), Dr Bisso Ngono Annie Prudence, a outillé les professionnels des médias sur les gradeurs et faiblesses de la lutte contre la tuberculose au Cameroun.

« Halte à la tuberculose au Cameroun d’ici 2030 ». C’est le nouveau challenge que s’est donné la secrétaire permanente du Programme national de lutte contre la tuberculose, Dr Bisso Ngono Annie Prudence. C’était hier, 12 mars 2024, lors de la réunion de briefing des médias, en prélude à la célébration de la 31e édition de la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose, qui se célèbre le 24 mars 2024, sous le thème : « Oui ! » Nous pouvons mettre fin à la tuberculose. » Il était question d’outiller les professionnels des médias sur la lutte contre la tuberculose, et de les amener à organiser les émissions de santé spécifiquement sur la tuberculose.

Des enjeux qui doivent par ailleurs permettre d’aboutir aux résultats suivants : la formation effective des hommes de médias sur la lutte contre la TB, leur engagement à accompagner le programme à travers les productions sur la TB. Ce briefing permettra, s’il est mis en œuvre, de contribuer à l’atteinte des objectifs de l’Organisation mondiale de la santé, qui est de mettre fin à la tuberculose d’ici 2030.

La rencontre a commencé par l’enregistrement et la présentation des participants. Après les présentations, s’en est suivi le mot d’ouverture de la secrétaire permanente qui a rappelé l’importance de la réunion, tout en dressant l’état de lieu de la lutte contre la tuberculose au Cameroun. Nous avons relevé que le PNLT traverse une période de turbulence et a besoin d’être perfusé par les bailleurs de fonds, les collectivités territoriales décentralisées et la société civile. Bien après les échanges avec les journalistes, Marthe Anick Nga Minkegue a présenté une communication par vidéo projecteur sur la lutte contre la tuberculose au Cameroun.

Les principales forces de la lutte contre la tuberculose comprennent l’existence d’un réseau de 261 centres de diagnostic et de traitement (CDT) sur le territoire national répartis suivant les régions : Adamaoua (14), Est (21), Centre (55), Littoral (38), Extrême-nord (31), Nord (21), Ouest (20), Nord-ouest (21), Sud (19) et Sud-ouest (20). Le budget annuel 2019 alloué par l’État au PNLT est de 436 665 000 FCFA réparti comme suit : Acquisition de médicaments de première ligne : 280 millions ; acquisition d’antituberculeux de deuxième ligne : 10 millions ; réactifs de laboratoire 10 millions, accueil-réception-consommables et autres : 136 millions. L’unité centrale du PNLT est le Groupe Technique Central (GTC) qui est l’organe exécutif du Comité National de Lutte contre la Tuberculose (CNLT).

Le CNLT est un comité interministériel qui est présidé par le ministre de la santé publique. Les défis actuels sont multiples: assurer l’approvisionnement régulier en médicaments, améliorer le taux de guérison dans les grandes villes et dans certaines régions, renforcer les capacités diagnostiques des laboratoires, systématiser la détection de la TB chez les personnes vivant avec le VIH (PVVIH), systématiser la détection et la prise en charge programmatique de la TBMR, impliquer davantage la société civile (SC) et les cliniques privées, améliorer la qualité des interventions et des ressources humaines à tous les niveaux, ainsi que la gestion du programme au niveau central et intermédiaire. Selon l’OMS, la tuberculose a causé 1,4 million de morts dans le monde en 2020. La maladie qui recule d’environ 2 % par an reste malgré tout l’un des plus grands tueurs de ces dernières années. Cette situation est le prétexte de mise sur pied du projet d’amélioration de la prise en charge de l’infection tuberculeuse (APRECIT) qui a pour objectif de vaincre la maladie à l’horizon de 2035.

L’incidence de la tuberculose au Cameroun en 2021 était d’environ 174 nouveaux cas pour 100 000 habitants. Selon le ministre de la santé publique du pays, le Dr Malachie Manaouda, la moyenne absolue est de 46 000 nouveaux cas attendus. La mortalité autour de la tuberculose est de 29 cas pour 100 000 habitants. 1189 enfants ont contracté la tuberculose, soit 5,2 % des cas notifiés. La mission du Programme national de lutte contre la tuberculose est de mettre fin à la tuberculose au Cameroun à l’horizon 2030.

Cela à travers une stratégie nationale basée sur le dépistage et le diagnostic précoce des cas de TB. Le traitement correct des malades ; la prévention de la maladie ; la participation communautaire ; la formation des personnels de santé ; le plaidoyer, la communication et la mobilisation sociale ; la surveillance épidémiologique ; le dépistage et la prise en charge systématique du VIH chez le patient tuberculeux et de la tuberculose chez le patient VIH (activités conjointes TB/VIH) ; la détection précoce et la prise en charge de la TB-MR.

Elvis Serge NSAA

Leave a reply