Offre des soins : L’appui du Centre de santé privé « La Distinction » à Ngaoundéré

0
82

Ce centre ouvert il y a 2 ans, s’évertue à offrir les soins aux populations dans un environnement marqué des faibles revenus.

Pour apporter leur contribution à la prise en charge des patients dans l’Adamaoua, de plus en plus des particuliers se lancent dans le très sélectif domaine de la santé. Ceux-ci, créent et mettent en fonction des formations sanitaires privées aux côtés des structures étatiques. Après les formations sanitaires comme la clinique islamique ou l’hôpital protestant de Ngaoundéré bien connus du publique, le paysage sanitaire de la ville s’habitue déjà peu à peu au centre de santé La Distinction. Œuvre du révérend Professeur Iya Moussa, cette structure sanitaire a vu le jour en décembre 2021 par l’autorisation de fonctionnement délivrée par le ministère de la santé publique. Selon le responsable de l’information au sein de la structure, Belmondo Siko, ce centre offre les services de base en matière de prise en charge des patients.

« Nos offres disponibles sont entre autres, la maternité d’une dizaine de lits, le laboratoire, l’hospitalisation haut standing et moderne, la planification familiale, l’échographie, la petite chirurgie, la pharmacie et le service d’accueil » dit-il. Les patients de cette structure sanitaire se recrutent aussi bien dans la ville de Ngaoundéré qu’au-delà. Sur les lieux, quelques usagers rencontrés estiment qu’ils bénéficient d’un suivi de proximité, adossé à une prise en charge psychologique. « J’ai entendu parler du centre de santé La Distinction depuis quelques mois à travers la prédication sur la radio La Distinction. Je suis parti de Touboro (Nord) pour mes soins. Je suis bien satisfait » lance Vaïloum Christophe, visiblement comblé satisfait après avoir passé quelques jours d’hospitalisation dans ce centre.

Qualité prix

A en croire Belmondo Siko, leur centre a le mérite d’associer la médecine à la religion. Et le rapport qualité-prix n’est pas à négliger dans un contexte comme celui de Ngaoundéré marqué par la précarité. « La différence avec les autres formations sanitaires, ce que le prix est bien réduit par rapport aux autres Fosa privées de la ville. L’échographie qui se fait à 8000, 7000f ailleurs, chez nous c’est 4000f, l’ionogramme à 15.000f au lieu de 29000f. C’est notre manière de contribuer à la santé de nos populations mais aussi notre accompagnement du gouvernement de la république » conclue-t-il. Avec ce centre, la ville de Ngaoundéré en particulier et l’Adamaoua étoffent progressivement son offre de soins et de prise en charge des populations. Une aubaine pour les populations de cette partie du pays.

Jean Besane Mangam

Leave a reply